Les premiers brassards de natation ont été développés par l’Allemand Bernd Markwitz. En 1956 sa petite fille tombe dans un bassin et n’est sauvée que par chance. Cet accident a incité le père à développer des brassards de natation, connus aujourd’hui dans le monde entier sous le nom de BEMA. Vous, chers lecteurs, connaissez certainement ces aides à la natation : des triangles de couleurs d’un orange intense qui sont indispensables à toute piscine. 

Tel que l’inventeur l’a pensé, ces aides à la natation doivent empêcher le porteur de se noyer. Cependant elles ne sont pas conçues pour apprendre à nager à l’enfant. Ce ne sont pas des « aides à la natation » mais plutôt des « aides à rester à la surface ».

C’est pourquoi j’estime indispensable que nous gardions toujours à l’esprit que la meilleure aide à la natation pour votre enfant est vous-même ! Montrez-vous, tenez-le de la manière la mieux appropriée et exercez avec lui la natation et l’immersion. Et ceci de façon ludique, sans contrainte et avec beaucoup de joie.

Evitez cependant de mettre une aide de natation à votre enfant et de le laisser livré à lui-même, car aucun auxiliaire de natation ne peut remplacer la surveillance personnelle. Une aide à la natation ne protège pas votre enfant de la noyade !

De plus les enfants tendent à « s’accommoder » de ces auxiliaires de natation. Ils se laissent aller et se sentent trompeusement en sécurité. Et logiquement votre enfant ne va pas se réjouir d’enlever soudain ses aides à la natation au moment où vous allez lui apprendre à « vraiment nager ».

Bien sûr il y a des situations où les aides à la natation remplissent leur rôle. Mais si vous avez vraiment bien du temps à consacrer à votre rejeton, profitez de l’occasion et barbotez avec lui sans brassard ! Vous allez voir qu’il ne faudra pas beaucoup de temps pour que votre enfant se meuve naturellement tout seul. C’est le meilleur moyen de lui faire connaître l’eau et la natation.

 

Iris Augsburger

Recherche par canton