C'est une question de point de vue. Et le mien est celui du "plus grand prestataire professionnel de l'enseignement de la natation en Suisse". Raison de plus pour moi d'avoir de très hautes attentes en ce qui concerne la définition d'un " bon enseignement de la natation".

Selon de récentes connaissances, le "triangle didactique" préconise que dans un enseignement moderne et de qualité, "l'enseignant, la matière et l'élève" doivent s'équilibrer en égales proportions. Car un enseignant qui exagère son importance, débite son cours sans arrêt et se pose toujours en avant est autant un "no go" qu'un participant qui interrompt sans cesse la leçon, ne collabore pas ou provoque du désordre.
Et la matière du cours ? Elle doit naturellement emballer, être gaie, intéressante et variée. De telle sorte que le temps passe comme dans un vol rassemblant à la fin d'un cours les moniteurs et les participants enrichis de savoir. Est-ce évident ?
Aujourd'hui, qu'importe le cours, on parle beaucoup trop, trop longtemps et de manière alambiquée. Ce qui peut refroidir et démotiver les élèves d'un cours de natation.

Ce fait est pour moi, Iris, initiatrice de la méthode Augsburger, une épine dans le pied. C'est pourquoi nous veillons tout spécialement à ce que nos moniteurs apprennent à s'exprimer en BSCS quand ils travaillent dans l'eau avec les parents et les enfants. BSCS est un acronyme pour Bref, Simple, Compétent, Structuré. Le client paie pour des leçons de natation variées, sportives, riches en mouvements, offrant du plaisir et ayant facteur didactique élevé. Et non pour rester désoeuvré. Je vous souhaite, à vous, cher lecteur et à votre petit nageur, bien du plaisir avec nos cours.

Votre Iris Augsburger